Page 95 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 95
Rapport annuel du COR – Juin 2016
assez proches pour ces générations93, ces différences reflèteraient notamment des différences
dans la distribution des durées validées94 ou bien des différences de comportement de
départ95.

c) La situation relative des femmes au regard de la durée de carrière

La légère diminution des durées validées par les hommes et, surtout, l’amélioration régulière
des carrières féminines au fil des générations96 ont progressivement rapproché les durées
validées des femmes de celles des hommes. Ainsi, la durée de carrière moyenne des femmes,
qui représentait trois quarts de celle des hommes pour la génération née en 1926, en
représente près de 90 % pour la génération née en 1946.

À défaut de projections sur le champ de l’ensemble des retraités tous régimes, on dispose de
projections de la durée validée tous régimes sur le champ des retraités relevant du régime
général. Sur cette population, la durée moyenne validée par les femmes (y compris MDA et
AVPF notamment), qui représente 91 % de celle des hommes pour la génération née en 1946,
continuerait à progresser jusqu’à rejoindre et même dépasser légèrement celle des hommes
pour les générations nées après 1955 : elle représenterait en moyenne 102 % de celle des
hommes pour les générations nées entre 1955 et 199097.

Figure 2.35 – Durée moyenne validée tous régimes des femmes
rapportée à celle des hommes

Rapport de durées moyennes 95% génération
femmes / hommes 90%
85% 1932 1934 1936 1938 1940 1942 1944 1946
80% Durée validée hors majorations de durée d'assurance (tous régimes)
75%
70%
65%
60%

1926 1928 1930
Durée validée (tous régimes)

Champ : retraités résidant en France.
Source : DREES, EIR 2012 ; calculs SG-COR. Avec correction de la mortalité différentielle.

Il est pertinent de suivre, en complément, des indicateurs décomposant les écarts de durée
moyenne selon qu’ils concernent des carrières de durée inférieure ou supérieure à la durée de
référence pour une carrière complète (c’est-à-dire la durée au dénominateur du coefficient de
proratisation). Une telle décomposition importe en effet pour analyser les durées de carrière

93 Voir la section c de cette sous-partie.
94 Et compte tenu des non-linéarités dans le calcul des retraites.
95 Les hommes seraient plus nombreux à prolonger leur activité pour bénéficier de la surcote, mais moins
nombreux à partir avec décote.
96 Voir la sous-partie 2.3, section c.
97 Ce ratio a été révisé à la hausse, il était estimé à 98 % dans le rapport annuel du COR de juin 2015. En effet, la
durée moyenne validée a été révisée à la baisse dans les projections de la CNAV, notamment pour les hommes,
suite à la prise en compte des données observées les plus récentes sur les carrières.

93
   90   91   92   93   94   95   96   97   98   99   100