Page 92 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 92
Rapport annuel du COR – Juin 2016

Figure 2.32 – Durée moyenne de retraite relative à l'espérance de vie
des femmes rapportée à celle des hommes

118% Données observées Données partiellement projetées Données projetées
Rapport de durées relatives à l'espérance de116% génération
vie114%
112%
(durée relative femmes / durée relative hommes)110%
108%
1930106%
1932104%
1934102%
1936100%
1938
194098%
194296%
194494%
194692%
194890%
1950
1952
1954
1956
1958
1960
1962
1964
1966
1968
1970
1972
1974
1976
1978
1980
1982
1984
1986
1988
1990

Sans tenir compte des différences d'espérance de vie entre sexes Avec espérances de vie distinctes selon le sexe

Lecture : la durée de retraite relative (rapport entre la durée moyenne espérée de retraite et l'espérance de vie)
des femmes nées en 1942 représente 96,4 % de celle des hommes de la même génération, si on considère une
même espérance de vie (moyenne) pour les deux sexes, ou bien 112,0 % de celle des hommes de la même
génération, si on calcule les espérances de vie séparément pour les femmes et pour les hommes.
Note : la durée espérée de retraite est calculée à partir de l'âge de départ à la retraite et de l'espérance de vie de
la génération. L'âge de départ à la retraite est observé ou projeté selon que la génération soit ou non partie à la
retraite en 2014 (voir plages en grisé sur le graphique). Les espérances de vie à 60 ans par génération sont
projetées sous les hypothèses du scénario démographique central de l’INSEE, et ce quelle que soit la
génération : en effet, l'espérance de vie d'une génération ne peut être observé qu'après le décès de tous ses
membres.
Champ : retraités résidant en France.
Sources : DREES, modèle ANCETRE ; INSEE, projections de population 2007-2060 ; projections du COR – juin
2016.

Si on n’en tient pas compte, l’écart de durée de retraite relative entre les femmes et les
hommes renvoie simplement aux écarts d’âge moyen de départ à la retraite. Pour les
générations nées au début des années 1930, la durée de retraite relative moyenne des femmes
apparaît plus faible que celle des hommes, de 6 à 7 %. Cet écart se réduirait ensuite au fil des
générations. Selon les projections du COR, il s’inverserait en faveur des femmes pour les
générations nées après le milieu des années 1960, car l’âge moyen de départ à la retraite des
femmes deviendrait alors inférieur à celui des hommes. Pour les générations nées dans les
années 1980, la durée de retraite relative moyenne des femmes ainsi calculée serait plus
élevée de 2 % que celle des hommes.

Si on tient compte des différences d’espérance de vie entre les femmes et les hommes, l’écart
de durée de retraite relative entre les femmes et les hommes reflète alors à la fois les
différences d’âge de départ et de longévité. La durée de retraite relative moyenne des femmes
apparaît nettement plus élevée que celle des hommes, du fait de leur espérance de vie à 60 ans
plus longue d’environ cinq années. Pour les générations nées au début des années 1930, le
rapport de la durée moyenne de retraite relative des femmes sur celle des hommes est ainsi de
112 %. Il augmenterait moins vite au fil des générations que le rapport calculé sans tenir
compte des différences d’espérance de vie entre les femmes et les hommes, car ce différentiel

90
   87   88   89   90   91   92   93   94   95   96   97