Page 50 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 50
Rapport annuel du COR – Juin 2016

d’un peu moins en 2060 (0,1 à 0,2 point de PIB), du fait de pensions de retraite un peu plusen % du PIB
faibles en raison de carrières davantage marquées par le chômage.

L’ampleur de ces écarts reste plus faible que celle due aux différences d’hypothèse de
croissance des revenus d’activité (ou de la productivité du travail). L’impact sur le solde
financier du système de retraite d’un écart de taux de chômage est en effet relativement stable
au cours du temps, alors que celui lié à un écart de taux annuel de croissance des revenus
d'activité se cumule d’année en année, aboutissant à long terme à des écarts de plusieurs
points de PIB entre les scénarios les plus contrastés26. La situation financière du système de
retraite serait ainsi nettement meilleure avec un taux de chômage de 10 % mais des revenus
d'activité croissant de 2 % par an (excédent de 1,7 % du PIB en 2060) qu’avec un taux de
chômage de 4,5 % mais une croissance des revenus d’activité de 1,5 % par an (excédent de
0,5 % du PIB en 2060).

Figure 2.8 – Sensibilité du solde financier annuel projeté du système de retraite
à l’hypothèse de taux de chômage

2,5%
2,0%
1,5%
1,0%
0,5%
0,0%
-0,5%
-1,0%
-1,5%
-2,0%

2002
2005
2008
2011
2014
2017
2020
2023
2026
2029
2032
2035
2038
2041
2044
2047
2050
2053
2056
2059

Observé Variante [4,5%-2%] Variante [4,5%-1,5%]
Variante [4,5%-1%] Scénario 2% Scénario 1,5%
Scénario 1% Variante [10%-2%] Variante [10%-1,5%]
Variante [10%-1%]

Note : données hors produits et charges financières, hors dotations et reprises sur provisions, et hors transferts
internes au système de retraite (transferts au sein des régimes de retraite et transferts avec le FSV).
Champ : ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires, y compris FSV et SASPA, hors
RAFP et hors compte pénibilité.
Sources : rapports à la CCSS 2002-2014 ; projections COR – juin 2016.

La convention comptable relative aux cotisations des employeurs de fonctionnaires d’État et
aux subventions d’équilibre des régimes spéciaux a un impact sensible sur les projections, à
court comme à long terme. Sous la convention retenue par la CCSS, le solde financier serait
légèrement amélioré à court terme et plus dégradé à long terme, dans tous les scénarios. Ce
solde serait de l’ordre de -0,2 point de PIB du milieu des années 2020 jusqu'à 2060 dans le
scénario 1,5 % ; il serait en excédent dans les scénarios 1,8 % et 2 %, mais d’une ampleur un
peu moins forte qu’avec la convention définie par le COR, et les besoins de financement
seraient accrus par rapport à cette convention dans les scénarios 1 % et 1,3 %.

26 Voir le document n° 9 et le document n° 10 de la séance du COR du 27 janvier 2016.

48
   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54   55