Page 49 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 49
en % du PIBRapport annuel du COR – Juin 2016

Le solde financier du système de retraite est le résultat de l’agrégation des soldes financiers2000
des différents régimes de retraite, de base et complémentaires, y compris du FSV25. Une2005
situation d’équilibre financier pour l’ensemble du système de retraite ne signifie donc pas un2010
équilibre financier dans chacun des régimes mais le fait que, comptablement, les excédents2015
des uns compensent les besoins de financement des autres.2020
2025
Figure 2.7 – Solde financier annuel projeté du système de retraite (convention COR)2030
2035
2% 2040
2045
1% 2050
2055
0% 2060

-1%

-2%

Obs 2% 1,8% 1,5% 1,3% 1%

Note : données hors produits et charges financières, hors dotations et reprises sur provisions, et hors transferts
internes au système de retraite (transferts au sein des régimes de retraite et transferts avec le FSV). Convention
COR = cotisations des employeurs de fonctionnaires d’État et subvention d’équilibre aux régimes spéciaux
concernés évoluant comme la masse salariale de ces régimes.
Champ : ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires, y compris FSV et SASPA, hors
RAFP et hors compte pénibilité.
Sources : rapports à la CCSS 2002-2014 ; projections COR - juin 2016.

iii) Sensibilité du solde financier à des variantes d’hypothèses en projection
Des variantes permettant d’apprécier la sensibilité des résultats à l’hypothèse de chômage ont
par ailleurs également été considérées. Le chômage joue sur les soldes financiers du système
de retraite en premier lieu via son impact sur le rapport entre le nombre de cotisants et le
nombre de retraités. L’effet direct lié à la diminution des cotisations salariales serait atténué
par l’apport de nouveaux transferts au titre des prises en charge de cotisations et, à plus long
terme, par des pensions de retraite légèrement plus faibles.

Le solde financier du système de retraite serait par conséquent amélioré à terme de 0,1 à
0,2 point de PIB avec un taux de chômage de 4,5 % plutôt qu’à 7 %. Il serait à l’inverse plus
dégradé en cas de taux de chômage à 10 % plutôt qu’à 7 %, de 0,3 point de PIB en 2040 et

25 Le solde financier projeté intègre ainsi les effets de court, moyen et long terme de l’accord AGIRC-ARRCO
du 30 octobre 2015. Voir la séance du COR du 13 avril 2016.

47
   44   45   46   47   48   49   50   51   52   53   54