Page 46 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 46
Rapport annuel du COR – Juin 2016

retraités légèrement au-dessus de celui de l’ensemble de la population (ratio de 105,4 %),
compte tenu des différences de cotisations salariales sur les pensions et sur les revenus
d’activité, des différences portant sur les revenus du patrimoine, les autres transferts sociaux
ou encore la fiscalité, et, enfin, des différences de taille de ménage (les ménages d’actifs ayant
plus fréquemment des enfants à charge)21.

b) Les ressources, les dépenses et le solde financier année après année

i) Les ressources et les dépenses du système de retraite

En 2014, les ressources de l’ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires
(y compris le Fonds de solidarité vieillesse – FSV) représentaient 13,9 % du produit intérieur
brut (PIB) et les dépenses 14,2 % du PIB. Ces ressources et dépenses ont augmenté
régulièrement entre 2002 et 2014 (+ 2 points de PIB pour les ressources et + 2,7 points de PIB
pour les dépenses). La hausse des dépenses correspond quasi intégralement à l’augmentation
de la masse des pensions de droit direct, en lien avec l’augmentation régulière du nombre de
retraités et avec celle de la pension moyenne relative des retraités. L’augmentation des
ressources plus forte que celle du PIB tient quant à elle surtout à la hausse des taux de
cotisation dans certains régimes et à l’apport de nouvelles ressources (impôts et taxes
affectées – ITAF – et transferts de l’État ou d’autres organismes)22.

En projection, la sensibilité à l’augmentation des revenus d'activité est très faible pour le taux
de prélèvement global mais très forte pour la pension moyenne relative. Elle se répercute sur
la dynamique respective des ressources et des dépenses du système de retraite. Alors que les
ressources varieraient peu d’un scénario à l’autre (entre 13,1 % et 13,2 % du PIB en 2060
dans les divers scénarios), les dépenses varieraient en 2060 entre 11,3 % du PIB dans le
scénario 2 % et 14,6 % du PIB dans le scénario 1%.

Dans les scénarios 1,5 %, 1,8 % et 2 %, les dépenses diminueraient en proportion du PIB
entre 2013 et 2060 (de 1,4 point dans le scénario 1,5 % jusqu’à 2,9 points dans le scénario
2 %) sous l’effet de la diminution de la pension moyenne relative, qui l’emporterait sur l’effet
de la progression du nombre de retraités plus rapide que celle du nombre de cotisants.

Dans les scénarios 1 % et 1,3 %, les dépenses en proportion du PIB baisseraient jusqu’à la fin
des années 2030 avant de remonter légèrement dans le scénario 1,3 %, tout en restant
inférieures à leur niveau de 2014 (- 0,8 point), et plus nettement dans le scénario 1 %, où en
fin de période de projection, elles seraient plus élevées de 0,4 point.

21 Voir la sous-partie 2.2.
22 Voir la sous-partie 3.1.

44
   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50   51