Page 45 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 45
en % du traitement indiciaire de baseRapport annuel du COR – Juin 2016

Figure 2.4b – Taux de contribution des employeurs de fonctionnaires d'État

140,0%

120,0%

100,0%

80,0%

60,0%

40,0%

20,0%

0,0%
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016

Civils, employés dans un ministère
Militaires
Civils, autres employeurs

Source : compte d'affectation spéciale « pensions ».

iii) Perspectives d’évolution de la pension moyenne relative (graphique 2.1.c)

Enfin, la pension moyenne de l’ensemble des retraités relative au revenu d’activité moyen
décroîtrait sur toute la période de projection (à partir de 2016), après une longue période de
hausse régulière. La pension moyenne – dont le montant en euros constants continuerait de
croître sous l’effet de noria, c’est-à-dire le remplacement des anciennes générations de
retraités par des nouveaux retraités aux pensions en moyenne plus élevées – augmenterait en
effet moins vite en projection que le revenu d’activité moyen.

L’ampleur de la diminution de la pension moyenne relative au revenu d’activité moyen
varierait très fortement selon le rythme de croissance des revenus d’activité réels (ou de la
productivité du travail réelle). Cette forte sensibilité, déjà documentée par le COR19, est liée
aux mécanismes d’indexation selon l’inflation des droits acquis en cours de carrière et des
pensions liquidées. Cette modalité d’indexation a en effet pour impact de creuser les écarts
entre les pensions (à la fois celles des personnes déjà retraitées et celles des retraités futurs) et
les revenus d’activité, d’autant plus fortement que la croissance des revenus d'activité est
élevée par rapport à l’inflation – et cet effet est cumulatif d’année en année. Ainsi, la pension
moyenne relative des retraités diminuerait dans les cinq scénarios économiques entre 2013 et
2060, entre - 13 % si les revenus d’activité augmentent à long terme de 1 % par an en plus de
l’inflation et - 32 % s’ils augmentent à long terme de 2 % par an au-delà de l’inflation.

Rappelons que le rapport entre la pension moyenne brute des retraités et le revenu d’activité
moyen brut n’est pas le seul déterminant du niveau de vie relatif des retraités et qu’il ne peut
donc pas s’interpréter directement en termes d’écart de niveaux de vie entre retraités et
actifs20. En 2013, ce rapport, estimé à 51,6 %, contribuait à porter le niveau de vie moyen des

19 Voir notamment le dossier de la séance plénière du COR du 11 février 2015 (« La revalorisation des pensions
et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection »).
20 Voir la sous partie 2.2.

43
   40   41   42   43   44   45   46   47   48   49   50