Page 42 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 42
2000Rapport annuel du COR – Juin 2016
2005
2010Entre 2014 et 2018, l’augmentation progressive de l’âge moyen conjoncturel de départ à la
2015retraite (de 61,4 ans en 2014 à 62 ans en 2018), combinée à la baisse du chômage prévue à
2020partir de 2016, permettrait de ralentir la diminution tendancielle du rapport entre le nombre de
2025cotisants et le nombre de retraités de droit direct.
2030
2035Ce rapport diminuerait ensuite à nouveau progressivement, passant de 1,7 cotisant par retraité
2040de droit direct en 2018 à environ 1,4 à partir de la fin des années 2040.
2045
2050Cette diminution, portée par l’effet du papy boom et de l’allongement de l’espérance de vie à
205560 ans, s’observerait alors que l’âge moyen conjoncturel de départ à la retraite (hors effets du
2060compte personnel de prévention de la pénibilité) passerait de 62 ans en 2018 à 64 ans à partir
de la fin des années 203013.

Figure 2.2 – Âge moyen conjoncturel de départ à la retraite

65
64
63
62
61
60

Obs Tous scénarios

Champ : résidents en France, retraités de droit direct de l’ensemble des régimes de retraite français légalement
obligatoires, projection hors compte pénibilité.
Source : projections COR – juin 2016.

ii) Perspectives d’évolution du taux de prélèvement global (graphique 2.1.b)

L’évolution du taux de prélèvement global dépend en premier lieu de l’augmentation des taux
légaux de cotisation et de l’affectation de nouvelles ressources.

Comme la projection est réalisée à législation inchangée, les taux légaux de cotisation se
stabilisent au-delà des premières années de projection, pour lesquelles des hausses sont d’ores
et déjà actées14. En particulier, le taux de cotisation légal sous le plafond de la sécurité sociale
pour un salarié du secteur privé (CNAV + ARRCO) est supposé égal à 27,6 % du salaire brut
à partir de 2019. Ce taux est l’un des indicateurs défini par décret, que les recommandations
du Comité de suivi des retraites ne peuvent conduire à porter au-delà de 28 % au taux
minimum de cotisation à l’ARRCO.

13 Le recul progressif de l’âge effectif moyen de départ à la retraite est lié à l’allongement progressif des études
au fil des générations (jusqu’à celles nées dans la deuxième moitié des années 1970) et à celui de la durée
requise pour le taux plein jusqu’à la génération 1973, qui atteindra l’âge du taux plein de 67 ans en 2040.
Précisons qu’une hausse de 1 an de cet âge effectif moyen de départ relève le rapport entre le nombre de
cotisants et le nombre de retraités d’un peu moins de 0,1 ; la hausse de 2 ans environ entre 2018 et 2040 réduirait
alors de près de la moitié la baisse du rapport démographique qui aurait été observée à âge de départ à la retraite
inchangé.
14 Augmentation de 0,3 point du taux de cotisation aux régimes de base selon la loi du 20 janvier 2014 et de
2 points du taux d’appel des cotisations à l’AGIRC et à l’ARRCO selon l’accord du 30 octobre 2015.

40
   37   38   39   40   41   42   43   44   45   46   47