Page 32 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 32
Rapport annuel du COR – Juin 2016

Les évolutions des taux d’activité et d’emploi des 55-64 ans sont marquées par une double
accélération, d’abord entre 2000 et 2004, puis depuis 2008.

La hausse entre 2000 et 2004 est due avant tout à un effet de structure démographique, avec
l’arrivée des premières générations nombreuses du baby boom dans la tranche d’âge des
55-59 ans – pour laquelle les taux d’activité et d’emploi sont très supérieurs à ceux des
60-64 ans. Les évolutions des taux d’activité et d’emploi à compter de 2008 traduisent, quant
à elles, l’impact des dernières réformes des retraites29 et de modifications de dispositifs
propres au marché du travail des seniors30, mais aussi l’impact de l’arrivée dans ces tranches
d’âge de générations entrées plus tardivement sur le marché du travail et de femmes plus
fréquemment actives.

La hausse des taux d’activité et d’emploi depuis 2000 s’observe à la fois pour les 55-59 ans et
pour les 60-64 ans.

Entre 2000 et 2015, le taux d’emploi a augmenté de presque 20 points de pourcentage pour les
55-59 ans, en particulier du fait des modifications de dispositifs propres au marché du travail
des seniors. Dans cette tranche d’âge, le taux d’emploi des femmes tend en outre à augmenter
continûment depuis le milieu des années 1980 et à rattraper celui des hommes (l’écart n’est
plus que de 0,4 point de pourcentage en 2015).

Pour les 60-64 ans, entre 2000 et 2015, la hausse du taux d’emploi est d’un peu plus de
17 points, dont plus de 2 points entre 2014 et 2015 du fait de la forte augmentation de
l’activité entre 60 et 62 ans31. Pour cette tranche d’âge, il s’agit d’un net retournement de
tendance, pour les femmes comme pour les hommes, consécutif notamment aux dernières
réformes des retraites.

Les écarts de taux d’activité et d’emploi entre les deux tranches d’âge restent toutefois très
importants : en 2015, le taux d’emploi atteint quasiment 69 % pour les 55-59 ans et 27,5 %
pour les 60-64 ans.

Enfin, les taux d’activité et d’emploi des 65-69 ans demeurent toujours faibles, autour de 6 %
malgré une remontée notable entre 2014 et 2015.

Les dernières projections de population active de l’INSEE réalisées en 2011 prévoient une
remontée significative des taux d’activité des hommes et des femmes âgés de plus de 55 ans
jusqu’en 2025 suite aux réformes des retraite engagées jusqu’en 2010. À cette remontée des
taux d’activité des plus de 55 ans s’ajoute celle liée aux effets propres de la réforme des
retraites du 20 janvier 2014 qui se traduirait par un recul de l’âge effectif de départ à la
retraite32.

29 Notamment la restriction des conditions d’accès au dispositif de retraite anticipée pour carrière longue entre
2009 et 2012, le décalage des âges légaux de la retraite à partir de 2011 et son cadencement par palier de 4 puis
5 mois et, jouant en sens contraire, l’assouplissement des conditions de départ en retraite anticipée pour carrières
longues inscrit dans le décret du 2 juillet 2012.
30 Comme la suppression progressive de la dispense de recherche d’emploi (DRE) entre 2009 et 2012, la mise en
extinction de divers dispositifs de préretraite avec financement public au cours des années 2000, ou le report à 70
ans de l’âge de mise à la retraite d’office.
31 DARES (2016), « Emploi et chômage des 55-64 ans en 2014. Plus d’un actif sur deux parmi les 55-64 ans »,
Dares résultats n° 007. L’analyse porte sur la période 2003-2014.
32 Voir la figure 2.2 de la partie 2.

30
   27   28   29   30   31   32   33   34   35   36   37