Page 21 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 21
Rapport annuel du COR – Juin 2016

2. Le contexte économique

Les incertitudes sur les perspectives économiques justifient d’envisager plusieurs scénarios de
projection. À cet égard, l’élaboration des hypothèses macroéconomiques par le COR ne
s’inscrit pas dans une démarche de prévision économique, mais dans la constitution de
variantes suffisamment contrastées – et dont aucune n’est privilégiée par rapport aux autres –
afin de balayer un large éventail des possibles et de porter un diagnostic nuancé des
perspectives financières du système de retraite.

À long terme, c’est-à-dire au-delà de 2030 environ, l’économie est supposée suivre une
trajectoire stabilisée, caractérisée notamment par le taux de chômage et le rythme annuel de
croissance de la productivité du travail. Le lien entre ces deux grandeurs n’est pas
nécessairement univoque.

Liens entre productivité du travail et chômage

Une croissance forte de la productivité du travail peut être associée à une diminution du taux
de chômage, en cas de progrès technique permettant cette double évolution ou encore si les
hausses de salaires qu’elle induit stimulent la demande et in fine l’emploi.

À l’inverse, il est également possible que les gains de productivité du travail se traduisent par
une hausse du chômage puisqu’à niveau de production donné, une hausse de la productivité
du travail permet de maintenir le niveau de production avec moins de main-d’œuvre et
potentiellement plus de chômage.

En outre, si la baisse du chômage s’appuie sur la création d’emplois peu qualifiés et peu
productifs, il est également envisageable d’avoir une baisse de chômage accompagnée d’une
faible croissance de la productivité.

Comme cela a été convenu lors de la séance du COR de janvier 2016, la présentation des
hypothèses économiques à long terme a été revue. Les résultats des projections sont d’abord
déclinés selon différents scénarios de productivité du travail et un taux de chômage de 7 %.
Les hypothèses de productivité du travail ont en effet un impact sur la situation financière du
système de retraite nettement plus marqué – car cumulatif – que l’hypothèse de taux de
chômage12. Cinq hypothèses de croissance annuelle de la productivité du travail définissent
ainsi les cinq scénarios retenus dans cet exercice de projection : 1 %, 1,3 %, 1,5 %, 1,8 % et
2 %13, chaque scénario étant qualifié par la suite par la croissance de la productivité qui le
caractérise14.

12 Voir les documents n° 9 et n° 10 de la séance du COR du 27 janvier 2016.
13 Compte tenu de la méthode d’actualisation légère adoptée pour cet exercice, les résultats présentés sont
calculés par interpolation réalisée à partir des scénarios et variantes de juin 2015 actualisés en tenant compte du
programme de stabilité d’avril 2016 (voir l’annexe 3).
14 Les scénarios 1 % et 1,3 % correspondent respectivement aux scénarios C’ et C du rapport annuel de 2015.

19
   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26