Page 113 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 113
Rapport annuel du COR – Juin 2016

c) La dispersion des taux de remplacement nets
Le taux de remplacement net désigne le rapport entre le montant de la retraite, au moment du
départ à la retraite, et le salaire de fin de carrière, ces montants étant calculés nets de
prélèvements sociaux. Étant donné que beaucoup d’assurés ne passent pas directement de
l’emploi continu à temps complet à la retraite, le salaire de fin de carrière est ici défini comme
le salaire moyen des cinq dernières années passées à temps complet avant la liquidation de la
retraite21 ; le champ d’analyse est en outre restreint en excluant les assurés, dont le régime
principal en cours de carrière est un régime de non-salarié, et en se limitant aux affiliés encore
en emploi salarié après 49 ans22.
Le taux de remplacement net médian23 des anciens salariés de la génération 1946 – secteurs
public et privé confondus – est estimé à 73,3 % (ou 74,8 % si l’on se restreint aux seules
carrières complètes). Les taux de remplacement individuels sont toutefois assez dispersés :
près d’un cinquième des salariés nés en 1946 ont un taux de remplacement inférieur à 60 % et
un autre cinquième un taux de remplacement supérieur à 85 % (y compris les carrières
incomplètes qui se terminent après 49 ans). Surtout, le taux de remplacement peut prendre des
valeurs très basses ou très hautes lorsque le salaire de fin de carrière est éloigné du salaire de
référence qui sert de base au calcul de la pension : par exemple, parmi les salariés nés en 1946
encore en emploi salarié après 49 ans, 7,5 % ont un taux de remplacement inférieur à 50 %,
tandis que 5,8 % ont un taux de remplacement supérieur à 100 %.
La distribution des taux de remplacement des femmes est proche de celle des hommes.
Malgré le fait que les femmes salariées ont plus souvent que les hommes salariés des carrières
incomplètes24, leur taux de remplacement médian pour la génération 1946 (parmi les affiliés
dont la carrière se termine après 49 ans) n’est que de 1,5 point plus faible ; l’écart se réduit à
0,2 point sur le champ des seules carrières complètes.

21 Voir DREES (2012), « Montant des pensions de retraite et taux de remplacement », Dossier Solidarité et
Santé, n° 33.
22 Les carrières incomplètes les plus courtes sont de ce fait hors champ de l’étude.
23 C’est-à-dire la valeur telle qu’une moitié des retraités a obtenu un taux de remplacement net inférieur et l’autre
moitié un taux de remplacement net supérieur.
24 Cet effet est toutefois réduit du fait du champ de l’analyse (affiliés encore en emploi salarié après 49 ans).

111
   108   109   110   111   112   113   114   115   116   117   118