Page 11 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 11
Rapport annuel du COR – Juin 2016

Partie 1. Le contexte : les évolutions démographiques et économiques dont
dépend le système de retraite

Le système de retraite dépend non seulement de la réglementation applicable en matière de
retraite mais aussi du cadre démographique et économique dans lequel il s’inscrit. Ce cadre
inclut notamment les thématiques suivantes : la population – qui détermine le nombre de
personnes en âge de travailler et celui des personnes en âge d’être retraitées ; les
comportements d’activité et le chômage – qui déterminent le nombre de cotisants du système ;
et la productivité – qui détermine le niveau des salaires et, partant, les masses de cotisations.
Pour cette raison, le Conseil a jugé nécessaire de présenter, avant les indicateurs proprement
dits permettant d’apprécier l’adéquation du système de retraite à ses principaux objectifs, un
certain nombre d’indicateurs relatifs aux évolutions démographiques et économiques dont
celui-ci dépend.
Ces indicateurs, présentés en évolution année après année, renvoient pour la plupart aux
dimensions qui constituent habituellement les hypothèses des exercices de projection du
COR. La problématique de cette première partie est en effet double. Les évolutions observées
sur le passé permettent d’éclairer la situation financière actuelle du système de retraite, en
expliquant comment ont évolué ses principaux déterminants. Les évolutions projetées sur le
futur présentent les hypothèses – selon plusieurs scénarios alternatifs retenus par le Conseil –
sur lesquelles sont calculés les divers indicateurs prospectifs, qui permettent de suivre
l’adéquation du système de retraite à ses principaux objectifs.
À cet effet, le COR a actualisé ses hypothèses économiques. Comme cela a été convenu lors
de la séance du COR de janvier 2016, la présentation des hypothèses économiques a été
revue. Les résultats des projections sont d’abord déclinés selon les différents scénarios retenus
de productivité du travail et un taux de chômage qui, dans une dizaine d’années, se
stabiliserait à 7 %, puis selon des variantes où le taux de chômage s’établirait à 4,5 % et 10 %.
Il a en outre été tenu compte, à court terme, de la révision des prévisions de croissance du
gouvernement, telles qu’elles figurent dans le programme de stabilité transmis en avril dernier
à la Commission européenne. Les hypothèses à moyen terme ont également été revues afin
d’assurer la cohérence avec les nouvelles hypothèses de court terme.

9
   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16