Page 108 - Rapport annuel du COR 2016 « Evolutions et perspectives des retraites en France »
P. 108
Rapport annuel du COR – Juin 2016

des migrants ayant travaillé une partie de leur carrière en France mais résidant à l’étranger au
moment de leur retraite. Les pensions globales des retraités à carrière complète15 sont, dans
plus de 99 % des cas, supérieures à 600 euros par mois. Parmi les retraités à carrière
complète, environ un retraité sur quatre perçoit une pension inférieure à 1 200 euros par mois,
environ un retraité sur deux une pension inférieure à 1 700 euros par mois et environ un
retraité sur quatre une pension supérieure à 2 200 euros par mois.

La dispersion des montants de pension reflète la dispersion des paramètres de calcul de ces
montants, donc celle des salaires, qui détermine la distribution des pensions parmi les assurés
à carrière complète, et celle des durées validées.

Les pensions des femmes sont, à tous les niveaux de la distribution des pensions, inférieures à
celles des hommes, en raison de durées validées et de salaires plus faibles. Une femme sur
deux perçoit une pension brute globale inférieure à environ 1 100 euros par mois, contre
environ 1 600 euros pour les hommes. En outre, la dispersion des montants de pension est
plus importante chez les femmes que chez les hommes, du fait d’une plus forte variabilité des
durées validées.

Pour les retraités à carrière complète, les pensions des femmes demeurent inférieures à celles
des hommes en raison des écarts salariaux, mais leur dispersion est presque comparable à
celle des hommes. Une femme sur deux ayant validé une carrière complète perçoit une
pension brute globale inférieure à 1 400 euros par mois, contre moins de 1 800 euros par mois
pour les hommes.

Les durées validées par les femmes sont plus faibles en moyenne et plus dispersées que celles
des hommes : les femmes ont beaucoup plus souvent des durées validées inférieures à 40 ans,
du fait des périodes d’inactivité ; mais elles ont aussi plus souvent validé des durées
supérieures ou égales à 45 ans, du fait de la majoration de durée d’assurance pour enfant qui
peut s’ajouter à une longue durée cotisée.

Par exemple, dans la génération 1946, âgée de 66 ans fin 2012, environ 46 % des femmes et
26 % des hommes ont validé une durée inférieure à 40 ans, environ 18 % des femmes et 6 %
des hommes une durée validée inférieure à 25 ans, mais environ 15 % des femmes et 6 % des
hommes une durée validée supérieure ou égale à 45 ans.

Parmi l’ensemble des personnes à la retraite fin 2012, qui appartiennent majoritairement à des
générations nées avant 1946, les durées courtes sont plus fréquentes que dans la génération
née en 1946, surtout chez les femmes (près de 60 % des femmes retraitées fin 2012 ont validé
une durée inférieure à 40 ans). La fréquence des durées très longues, supérieures ou égales à
45 ans, est en revanche proche pour l’ensemble des personnes à la retraite fin 2012 et pour
celles nées en 1946. Par ailleurs, du fait de la durée exigée pour une retraite complète plus
courte pour les générations nées avant 1946, les durées validées comprises entre 37 et 39 ans
sont plus fréquentes parmi ces générations, tandis que davantage de retraités nés en 1946 ont
validé une durée supérieure ou égale à 40 ans.

15 Une carrière est considérée comme complète si la durée d’assurance tous régimes est supérieure ou égale au
seuil de durée retenu pour que la pension ne subisse pas de décote.

106
   103   104   105   106   107   108   109   110   111   112   113