Conseil d'orientation des retraites
Informations éditeur
   
Documents du Conseil
   
Liens utiles
 
Accueil  >  Documents du Conseil  >  Réunions du COR  >  Réunion du Conseil du 02 octobre 2002  > Activité féminine et retraite : aspects macro-démographiques

Réunion du Conseil du 02 octobre 2002
Egalité de traitement entre hommes et femmes

Activité féminine et retraite : aspects macro-démographiques
Didier BLANCHET, INED et INSEE, Retraite et société N° 13

Article paru dans Retraite et Société
N° 13 - 1996 : "La retraite et les femmes"

Revue de la Caisse Nationale d'Assurance Vieillesse (CNAV)
Diffusée par la Documentation Française


Site de la Documentation Française
Site de la CNAV

Présentation du numéro :
"En raison du partage des rôles traditionnel dans les familles françaises, les femmes n'ont pas les mêmes droits que les hommes en matière d'assurance vieillesse. Les prestations qu'elles touchent sont de fait inférieures, voire différées. Cependant, on constate qu'elles sont à la fois les instruments et les bénéficiaires de la solidarité, apportant leurs services et recevant des avantages financés par la solidarité nationale, et ce, plus souvent que les hommes. Les femmes poursuivent des carrières différentes de celles des hommes. Trois femmes sur dix ont de fait cessé leur activité avant 51 ans, pour leur majorité des mères de famille ayant définitivement arrêté de travailler pour élever leurs enfants. À la veille de leur demande de retraite, seules trois femmes sur dix sont encore actives. Dans l'ensemble, les femmes à la retraite ont eu une durée de cotisation inférieure à celle des hommes. Leurs carrières sont incomplètes, morcelées, et leur salaire moyen inférieur à celui de leurs homologues masculins. De ce fait, les femmes retraitées du régime général touchent des pensions plus faibles que les hommes ; nombre d'entre elles touchent ainsi le minimum vieillesse. Cependant, à mesure que l'on étudie le comportement professionnel de générations plus récentes, on constate que celui-ci tend à se rapprocher des carrières masculines. Un tiers des femmes arrivant actuellement à l'âge de la retraite ont ainsi des carrières longues et continues.
"Si la France ne prévoit pas, comme le Danemark, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni, de retraite indépendante de toute condition de cotisation, d'importants dispositifs de redistribution sont prévus pour les veuves n'ayant que peu de ressources personnelles. Les femmes aux carrières incomplètes ou inexistantes, si elles ne perçoivent que peu - ou pas - de retraite du vivant de leur époux, bénéficient en revanche d'une pension de réversion par la suite, ce qui constitue un mécanisme de redistribution d'autant plus important que leur espérance de vie est plus élevée que celle des hommes, et qu'elles ont en moyenne plusieurs années de moins que leur conjoint. Une étude actuarielle montre que la rentabilité financière des cotisations féminines de la génération 1935 est supérieure de 52,6 % à celle des cotisations masculines. La redistribution joue en faveur des femmes, et surtout des femmes ayant cessé leur activité de façon précoce. Néanmoins, si les femmes bénéficient plus des mécanismes de redistribution, ainsi que des solidarités familiales et institutionnelles - étant plus souvent que les hommes dans un état de dépendance à la fin de leur vie -, elles sont également les principales pourvoyeuses de l'aide familiale aux personnes âgées de leur entourage (parents, grands-parents, conjoint). La redistributivité des retraites en faveur des femmes peut donc apparaître comme la légitime contrepartie des services non-marchands rendus au sein de la famille."

Ce document est disponible au Secrétariat Général
du Conseil d'orientation des retraites
pour consultation sur place.

  Plus d'informations

Documents
  Acrobat Reader nécessaire,
Cliquez ici pour le télécharger

Thèmes abordés
Taux de remplacement
Niveau de vie
Activité féminine

Retour en haut de page